Actualités / Cadre de vie - mardi 18 décembre 2012

Quelle suite au renouvellement urbain au Mas ?

“LES HABITANTS du Mas du Taureau ne peuvent plus attendre.” Tel est le message que le maire, Bernard Genin, a fait passer aux représentants de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) lors de leur venue à Vaulx-en-Velin fin novembre pour une revue de projet. Le plan de renouvelle- ment urbain date en effet de 2005. L’Anru retient alors quatre sites dans l’agglomération lyonnaise : Lyon Duchère, Vénissieux Minguettes, Rillieux-la-Pape et Vaulx-en-Velin où il concerne 80 % du territoire.

Il a pour ambition “de poursuivre l’amélioration du cadre de vie, de stopper le recul démographique et de faire venir de nouvelles populations”. C’est ainsi que Vaulx-en-Velin se positionnera durablement au cœur du développement de l’agglomération. Les trois axes majeurs du programme de renouvellement urbain se concentrent sur la connexion du centre-ville avec les autres quartiers, la restructuration des quartiers d’habitat social et une mutation profonde du Mas du Taureau.

Un premier avenant est signé en 2007. Un deuxième intervient un an plus tard et intègre les projets du Pré de l’Herpe et du Mas du Taureau. Enfin, un troisième avenant est signé en décembre 2011 : devant la nécessité de redéployer des moyens financiers pour l’agglomération (l’Etat impose à l’Anru de trouver des économies), certains équipements prévus au Mas sont déprogrammés pour en financer d’autres sur l’agglomération (La Duchère, Rillieux et Saint-Priest). Ainsi, la future école René-Beauverie au Pré de l’Herpe – dont la nécessité ne se fera pas sentir avant 2016-2017 – et le projet de Maison de quartier sont repoussés à une seconde convention en 2014.

L’Anru insiste cependant sur “une vigilance accrue pour le Mas du Taureau et principalement son désenclavement par la future ligne de tramway T1”. Faisant référence à l’étude Grande île, demandée au Grand-Lyon et au Sytral, autorité organisatrice des transports en commun (lire ci-dessous) et qui concerne le devenir des quartiers du Mas du Taureau et de Villeurbanne Saint-Jean. “Pour la Ville, ces équipements n’étaient pas abandonnés, précise le maire, Bernard Genin. Nous avons fait savoir au directeur général de l’Anru que nous acceptions cet effort à condition qu’une nouvelle convention puisse être signée dès 2014”. Entre-temps, l’Anru valide la création d’ une Zone d’aménagement concerté (Zac) par le Grand-Lyon au Mas du Taureau, le centre aquatique est lancé ainsi que la Zac de l’Hôtel de ville avec le transfert de Casino.

En octobre dernier, la venue du minis- tre de la Ville à Vaulx-en-Velin, François Lamy, a encore changé la donne. Il annonce que l’Etat doit à nouveau trouver des économies, de l’ordre de cinq milliards d’euros sur la politique de la ville. Et qu’il ne lancera pas de second programme de renouvelle- ment urbain avant la fin du premier et son évaluation.

Le maire demande donc aujourd’hui que soit signé un quatrième avenant du programme en cours afin de terminer les opérations au Mas du Taureau. A savoir, la construction de l’école ; de la maison de quartier ; et le lancement du processus de relogement des immeubles des chemins du Mont-Cindre et du Mont-Gerbier, opération pour laquelle il a déjà reçu l’accord de l’Anru. “L’Anru a accepté le principe de cet avenant et c’est une première victoire”, annonce Bernard Genin. Reste à savoir si ce sont bien les projets retenus par la Ville qui seront sélectionnés.

Edith Gatuing

www.gpvvaulxenvelin.org

6641 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cadre de vie > Quelle suite au renouvellement urbain au Mas ?