Actualités / Cultures - mardi 15 avril 2014

Des lectures en suspens

LA DIRECTION régionale des affaires culturelles (Drac) finançait jusque-là une grande partie des lectures Art du récit que donnait régulièrement le LucaThéâtre, en résidence au centre culturel Charlie-Chaplin. Des lectures très appréciées par les auditeurs, qu’ils soient collégiens ou lycéens. Il suffisait pour s’en convaincre d’assister à l’une des séances qu’organisent tour à tour Laurent Vercelletto, metteur en scène, et les comédiens de la compagnie LucaThéâtre. Le principe de ces lectures est simple : un pupitre, un acteur, deux projecteurs, un texte de littérature française : “Il s'agit tout simplement de faire entendre la langue française à travers un texte court. Cet art se rapproche de celui du conteur, explique Laurent Vercelletto. Il nous a semblé que ce pouvait être l’une des missions d'une équipe de théâtre en résidence sur une ville parmi les plus pauvres de France et où la langue française – un des ciments de notre République – est bien souvent malmenée”. Les établissements concernés par ces lectures avaient augmenté au fil des années. 68 lectures avaient été données en 2013, touchant environ 1 500 élèves. Coût par élève : deux euros environ, la subvention de la Drac s’élevant à 3000 euros pour 2013. “Pour 2014, sans financement de la Drac, cette proposition ne peut se poursuivre”, regrette Laurent Vercelletto. Bertrand Munin, directeur adjoint à la Drac, rappelle de son côté que la subvention allouée au LucaThéâtre, au titre de compagnie en résidence, s’élève à 30 000 euros par an, et que “les resserrements des budgets ne permettent plus, aujourd’hui, de financer ces projets particuliers”. Hormis une semaine prévue de longue date avec le collège Césaire et financée par la compagnie, il n’y aura plus de lectures à Vaulx. On ne peut que le regretter car l’éducation artistique est un fil conducteur de l’éducation tout court. F.K

2968 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cultures > Des lectures en suspens