Actualités / Société - mardi 31 mars 2015

Des collégiens vaudais aux côtés du Président de la République

“CHERS ENFANTS, victimes d’une société haineuse des années 40, vous qui avez été séparés de vos familles, vous qui avez été chassés comme des animaux, nous vous rendons hommage aujourd’hui à travers ce message que vous ne pourrez jamais lire”, tels sont les mots de Mohamed, à l’adresse de 44 enfants tués par la haine, ces enfants juifs de la colonie d’Izieu raflés par les nazis le 6 avril 1944 et déportés. Mohamed, élève de 3e au collège Césaire, ainsi que tous ses camarades de classe écrivent en mémoire de ces enfants “innocents, tués dans d’horribles souffrances par des gens racistes, antisémites, sans cœur et sans pitié”, selon les mots d’Houssam. “Vous êtes des enfants comme il y en a partout. Malheureusement vous n’avez pas vécu très longtemps. Aujourd’hui résonnent vos rires, reviennent vos sourires”, s’émeut Maily.

Les jeunes Vaudais seront cette année les seuls élèves associés à la commémoration de ce crime contre l’humanité commis sur ordre de Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon, avec la complicité du gouvernement de Vichy. Le 6 avril, ils participeront à la cérémonie du souvenir qui se déroulera en présence du chef de l’Etat, François Hollande. A tour de rôle, ils liront le texte d’hommage réalisé en commun dans lequel ils n’omettront pas de nommer le couple Zlatin, fondateur de la maison d’Izieu, colonie d’enfants réfugiés de l’Hérault, en 1943. Ils parleront des éducateurs arrêtés eux aussi parce qu’ils étaient juifs et évoqueront le souvenir de Mina et Claudine Halaunbrenner, deux sœurs d’origine polonaise âgées de 5 et 9 ans raflées à Izieu et assassinées à Auschwitz. “Nous avons rencontré leur frère Alexandre. Plus âgé que ses sœurs, il ne faisait pas partie de la colo- nie. Il était resté avec sa mère. Il nous a raconté ce qu’il a vécu”, indique Boubacar.

La réflexion autour de ce drame historique, l’horreur et l’empathie mises en mots font partie de l’action pédagogique engagée par leur professeur d’histoire Marc Jampy. Lui a déjà travaillé avec l’association La maison d’Izieu et c’est une gageure d’impliquer à ce point sa classe dans la construction mémorielle de la rafle d’Izieu. Ce travail commencé depuis plus d’un mois est accompagné par Pierre Jérôme Biscarat et Dominique Vidaud, membres du service pédagogique de la maison d’Izieu.
Ces élèves de Césaire n’oublieront pas leur première visite à Izieu, le 7 mars. “Il reste une part des enfants dans la maison, à travers des dessins, des lettres”, décrit Mohamed. sans compter, sur les murs des dortoirs les portraits de chaque enfant arrêté. “Votre maison, maintenant est la nôtre”, conclut Boubacar, conscient des “valeurs qui régnaient en son sein, portées par les époux Zlatin et les éducateurs pour défendre la liberté, l’égalité, la fraternité”.

Fabienne Machurat

4506 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Des collégiens vaudais aux côtés du Président de la République