Actualités / Société - mardi 01 juillet 2014

Inégalités femmes-hommes : des chiffres-clés qui font tilt

LES INEGALITES entre les femmes et les hommes concernent tous les territoires et tous les milieux sociaux. Mais lorsqu’elles croisent les fractures territoriales, elles prennent des proportions alarmantes. Dans les Zones urbaines sensibles (Zus), les femmes ont moins accès à l’emploi et quand elles y ont accès il est plus précaire et à temps partiel, elles subissent plus de violences, sont plus pauvres, ont moins accès aux soins... que sur le reste du territoire.

Deux rapports, sortis très récemment, font état de cette dégradation persistante. Le premier, produit par l’Onzus (observatoire national des zones urbaines sensibles), s’attache à décrire la question de l’égalité femme- homme dans les quartiers prioritaires. Elle se pose crûment au niveau de l’emploi, du logement, des revenus... “La crise a creusé les inégalités avec les hommes, est-il écrit en préambule. Depuis 2009, la situation des femmes vivant dans les quartiers populaires est devenue professionnellement plus précaire : elles sont de plus en plus nombreuses à se retirer du marché du travail, elles occupent moins souvent des contrats à durée indéterminée et leur temps de travail compte davantage de temps partiels, d’horaires tardifs ou de travail le dimanche”. Les plus touchées : les jeunes femmes de moins de 30 ans.

Situation de pauvreté

Autre signal inquiétant : le retrait du marché du travail. Ainsi en 2012, 41,8% des femmes de 25 à 64 ans en Zus sont inactives, contre 25% de leurs homologues hors Zus. Ce sont les emplois les plus faiblement qualifiés qui ont le plus reculé (agent de propreté, aide maternelle, aide à domicile). Si aucune étude n’a encore analysé le pourquoi d’une telle dégradation, il ressort des témoignages des associations que, du découragement à l’enfermement, il n’y a qu’un pas.
Le deuxième rapport, commandé par le Haut conseil à l’égalité femmes- hommes, confirme ces données. Dans les quartiers, près d’une femme sur quatre est en situation de pauvreté, contre 10% sur le reste du territoire. Et 35% des familles monoparentales, dont les chefs de familles sont en très grande majorité des femmes, vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

Le gouvernement a tiré la sonnette d’alarme : l’égalité femmes-hommes comme l’égalité des territoires sont aujourd’hui des priorités. Ainsi, les nouveaux contrats de ville devront décliner au niveau local l’égalité femmes-hommes.

F.K

Pratique : www.onzus.fr
et www.haut-conseil-egalite.gouv.fr

2516 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Inégalités femmes-hommes : des chiffres-clés qui font tilt