Actualités / Société - mardi 15 avril 2014

La coopérative d’habitants prend ses marques aux Barges

AVEC CHAMAREL, autrement dit la Coopérative d’habitants maison résidence de l’Est lyonnais, les choses sont claires : “Nous sommes décidés à vivre notre vieillesse autrement. Nous allons construire un immeuble pour personnes vieillissantes aux Barges”. C’était la première réunion d’information sur place ou plus exactement, juste à côté, à l’espace Cachin. Après la présentation du projet, restitué via un film-vidéo qui montre les “Chamarel” au travail, en réunion ou pris séparément pour de courtes interviews, les questions ont fusé. Une trentaine de personnes étaient présentes.

Combien de logements y aura-t-il ? Combien d’étages aura l’immeuble ? N’est–il pas dommage que disparaisse ce vaste terrain vague, lorsque seront construits cet immeuble et les deux autres prévus par le bailleur Alliade dans le même secteur ? Chantal Nay, Jean Sintès, Patrick Chrétien et d’autres ont apporté des réponses à toutes les questions. L’immeuble, sis sur un terrain de 1200 mètres carrés, couvrira une petite surface : 300 mètres carrés sur quatre étages, soit une quinzaine de logements (F1 et F2) ainsi que des espaces communs (cave, buanderie, atelier, local à vélo). Il accueillera au total 20 à 25 personnes. L’immeuble dans son ensemble est adapté au handicap physique (portes, accès), mais ne peut accueillir les personnes âgées dépendantes.

Jean Sintès a aussi expliqué le montage financier et les vertus de l’habitat coopératif, “une troisième voie entre la propriété individuelle et la location”. Ce qui permet à des personnes aux revenus modestes de se loger. Cette “bande de vieux” a des principes bien arrêtés : construire écologique, opter pour l’économie d’énergie, avoir une ouverture sur le quartier et ne pas faire de spéculation immobilière.

La qualité du projet

Stéphane Gomez, adjoint au maire délégué la Politique de la Ville, a souligné “la qualité du projet Chamarel qui sort des logiques d’urbanisme concentré. Il ne faut pas opposer, mais rassembler les projets, les habitants et travailler sur le bien-être de tous”.

Michelle, 66 ans, petite femme vive venue de Belleville dans le Beaujolais, s’est jointe au groupe l’an passé. Divorcée, cette infirmière retraitée cherchait depuis longtemps un projet comme celui-ci. Une institutrice à la retraite avait vu un film au cinéma les Amphis : “Et si on habitait ensemble ?”. La voilà elle aussi embarquée dans ce projet au long cours. Tous maîtrisent désormais le charabia indispensable à la compréhension technique : “J’ai engrangé des connaissances en architecture, affirme Michelle. Je cherchais un logement, j’ai trouvé bien davantage avec ce projet”, explique-t-elle. Lorsque l’immeuble sera bâti et qu’elle sera installée dans ses 45 mètres carrés, elle paiera une redevance d’environ 600 euros par mois tout compris, dont une partie sera directement investie dans le capital de la coopérative. Peu à peu, le groupe s’élargit par cooptation, et le projet avance, lentement mais sûrement, depuis 2009. Le permis de construire va être déposé d’ici l’été. Chamarel espère être la première coopérative d’habitants vieillissants en France, d’autres devraient suivre.

Françoise Kayser

Photo © Marion Parent

3712 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > La coopérative d’habitants prend ses marques aux Barges