Actualités / Société - mercredi 05 novembre 2014 - (5 images)

Vaulx-en-Velin à l’heure de la Guerre de 14-18

A LA VEILLE du premier conflit mondial, Vaulx-en-Velin est un village agricole de 1315 âmes. Les fins de semaine, le tramway en provenance des Cordeliers y dépose les Lyonnais en goguette venus se distraire en bord de Rize, à l’hippodrome ou dans les restaurants du bourg, comme le café des Platanes ou chez Volgeat. La commune compte alors deux forges, deux usines et plus de 1000 têtes de bétail. Depuis quelques années, on s’affaire à moderniser les rues. On crée des égouts, on installe des éclairages publics et on réfléchit sérieusement à la construction d’un nouveau groupe scolaire.

Mais voilà, l’assassinat de l’Archiduc d’Autriche François-Ferdinand, à Sarajevo, en juin 1914, entraîne des milliers d’Européens dans la tourmente. Le 2 août, les Vaudais, comme 3 780 000 Français en âge de combattre, sont mobilisés et abandonnent leurs ouvrages, à quelques jours des récoltes : la France est en guerre.

Un quotidien bouleversé

La ville s’organise “compte tenu des circonstances”. Une garde civile est instaurée afin de veiller à l’ordre public et à la conservation des moissons. Des ouvriers de la région sont employés pour les récoltes. Surtout, on met en place une soupe populaire “grâce à un petit nombre de dévoués donateurs” et un comité philanthropique pour aider les familles nécessiteuses dont les hommes ont été mobilisés. Il est rem- placé quelques mois plus tard par un bureau de bienfaisance. Du fait du départ sur le front des cantonniers, les voies publiques se détériorent. A l’école, les études surveillées sont quant à elles arrêtées un temps puisque l’instituteur a lui aussi été mobilisé. La paille est réquisionnée, le charbon manque, les projets urbanistiques sont abandonnés. En 1917, la commune fait appel aux prisonniers de guerre pour les battages. Un interprète est embauché.

Vivement la victoire finale”

Dans les cantonnements – dont deux se trouvent à Vaulx, à l’hippodrome et à la ferme de la Sucrerie –, les soldats attentent leurs affectations. “Deux mots pour te donner de mes nouvelles. Me voilà soldat du 4e génie de Grenoble, écrit Victor, jeune Vaudais, à l’un de ses cousins, avant de dire quelques mots de leurs amis Dupuis, Guinet et Béraud. Ce dernier, Marius Béraud, soldat 2e classe du 21e bataillon des chasseurs à pied, ne reviendra jamais sur ses terres, victime d’un coup de feu reçu à Notre-Dame-de-Lorette, dans le nord-Pas- de-Calais.
Et de conclure dans sa lettre : “Vivement la victoire finale”. Elle ne surviendra qu’en novembre 1918, après bien des combats qui marqueront à jamais une génération. “La der des ders”, comme on appelle alors cette guerre, a coûté la vie à 18,6 millions de personnes, civils et militaires, dont 68 poilus de Vaulx-en-Velin.

Pour certaines familles, le dénouement est heureux. Les trois fils Crozy, jean-Antoine, Lucien et Louis rentrent à la maison, blessés, mais en vie.Les Blanc eux, auront moins de chance. Quatre d’entre eux sont tombés au champ d’honneur.

A l’échelle nationale, c’est 27 % des 18- 27 ans qui disparaissent. Le pays ne s’en remettra jamais vraiment.

Maxence Knepper

Vaulx-en-Velin célèbre le centenaire

Commémoration du 11 novembre

Cérémonie commémorative de l’Armistice de 1918 : dépôt de gerbes devant la stèle Henri-Barbusse au 55 rue de la République à 10 heures. Cérémonie devant le Monument aux Morts de la ville, place Gilbert-Dru à 10h30.

Une exposition au Village

Le 11 novembre, l’Association Vaulx-en-Velin Village (AVVV) organise une exposition de 15 à 19 heures à la salle du Bourg, Espace culturel René- Carrier, pour présenter des objets et des documents ayant rapport avec la première guerre mondiale.

Espace culturel René-Carrier, 55 rue de la République.

La grande collecte

La Ville et son service des Archives municipales participent à la grande collecte, organisée à l’occasion du centenaire de la Première guerre mondiale. Les familles sont invitées à présenter leurs souvenirs, photos, carnets, dessins, correspondance ... afin de les faire connaître et de les répertorier. Les documents sont à remettre au service municipal des Archives, Hôtel de ville, place de la Nation, et seront restitués après numérisation. Vendredi 14 et samedi 15 novembre, de 14 à 17 heures.

www.lagrandecollecte.fr

4759 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Vaulx-en-Velin à l’heure de la Guerre de 14-18