Sports / 3,2,1...Go ! Top départ pour les états généraux du sport - mardi 18 novembre 2014

3 questions à Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux Sports

Comment permettre au sport d’être plus éducatif ?
L’apprentissage du sport à l’école est une priorité. D’abord, c’est un vecteur d’intégration sociale puissant, que nous nous attachons à développer. Plusieurs étapes ont ainsi démontré que l’apprentissage des règles est facilité par la pratique sportive.

Ensuite, la réforme des rythmes scolaires doit ouvrir de nouvelles opportunités de développement du sport à l’école. Il existe un projet de circulaire, porté avec la ministre de l’Education Najat Vallaud Belkacem, afin de profiter de la réforme pour valoriser le sport pendant les temps libres.

Comment, dans une ville comme Vaulx, le sport peut-il rapprocher école, famille, clubs et toux ceux qui agissent auprès des personnes les plus vulnérables ?

Je suis convaincu que l’échelon local est le maillon essentiel du développement du sport au quotidien. Il est souvent le seul lien dans les territoires et les quar- tiers confrontés à des réalités sociales complexes. Il est donc un élément struc- turant. Au sein du ministère, nous cherchons à préserver cela. Nous avons sanc- tuarisé le budget consacré au Sport dans la loi de finances publiques 2015, et nous continuons d’attribuer les moyens financiers nécessaires dans une période pourtant difficile.

Comment faire évoluer le modèle économique des clubs sportifs ?
Un club amateur, c’est une association dans la plupart des cas, et c’est vrai que le modèle associatif s’interroge en cette période de réduction des aides publiques. Mais nous devons le défendre, car c’est un modèle démocratique et particulièrement adapté au sport pour tous. Nous devons continuer à soutenir les clubs, en particulier là où les besoins sont les plus importants (quartiers prioritaires, zones rurales). C’est ce que nous faisons avec le Centre national pour le développement du Sport (CNDS), tourné vers l’aide à l’emploi sportif. Lequel permet, sur le terrain, de développer les pratiques sportives.

Mais les associations doivent aussi réfléchir à saisir de nouvelles opportunités. J’ai évoqué la réforme des rythmes scolaires ; elle permet aux clubs d’entrer dans les écoles et y trouver une activité complémentaire.

Propos recueillis par Jacques Boucaud

2365 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Sports > 3,2,1...Go ! Top départ pour les états généraux du sport > 3 questions à Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux Sports