Actualités / Sports - mercredi 17 décembre 2014

Zouma, Fekir, Ghezzal : le FC Vaulx, un vivier à champions

LES PELOUSES du Stamford Bridge, le stade du club de football londonien de Chelsea et du Stade de France sont devenues familières pour Kurt Zouma. a force de ténacité, de rigueur et grâce, il faut l’avouer, à un talent inné, le Vaudais de 20 ans s’est imposé comme l’un des espoirs du foot européen. après avoir brillé à l’AS-Saint- Etienne et lors de la coupe du monde 2013 des moins de 20 ans, le joueur s’est vu offrir un contrat dans l’une des meilleures formations d’Outre-Manche. Son entraîneur n’est autre que José Mourinho, l’un des plus titrés. En parallèle, il est appelé en équipe de France par Didier Deschamps. Fulgurante ascension. “On a déjà récupéré son premier maillot de l’équipe de France, celui avec lequel il a joué contre la Finlande, en 2013, raconte Ali Rechad, président du FC Vaulx. On attend avec impatience de recevoir celui de Chelsea !”. Le frère aîné de Kurt, Lionel, 21 ans, joue à Sochaux en ligue 2. Professionnel depuis 2011, il occupe le poste de défenseur, comme son cadet.

Nabil Fekir, lui, évolue sous les couleurs de l’Olympique lyonnais. En treize matchs ces dernières semaines, le milieu de terrain de 21 ans a placé six buts dans les filets adverses et fait deux passes décisives, devenant la coqueluche de la presse. “Fekir, c’est Messi”, a déclaré Jean-Michel Aulas, président de l’OL le 28 novembre, comparant Nabil et le ballon d’or argentin. Il serait même surveillé de près par Arsène Wenger, le coach d’arsenal friand de jeunes pousses talentueuses. Une revanche pour celui qui avait été écarté à 15 ans du centre de formation de Gerland. A l’OL, Fekir a retrouvé Rachid Ghezzal, 22 ans, un autre Vaudais. Et puis il y a les deux Zakariya, Abarouaï et Souleymane, à Evian-Thonon-Gaillard (20 ans).

 

Leurs points communs à tous : être passé par le FC Vaulx hier et exceller dans la discipline aujourd’hui. Certains de leurs maillots affichés dans les locaux du club, sont là pour le prouver. Une fierté pour leurs proches comme pour les bénévoles de l’association sportive : “On a de la chance de les avoir eus dans nos rangs”, estime Ali Rechad.

 

“J’y ai mes meilleurs souvenirs...”

Quand Guy Zouma, le père de Kurt et Lionel, et Mohamed Fekir, celui de Nabil, se croisent à la buvette du stade Francisque-Jomard, de quoi parlent- ils ? De leurs fils bien évidemment. Chez les Zouma, comme chez les Fekir ou les Ghezzal, le football est une affaire de famille et le FC Vaulx, une institution. “Le FC, ce n’est pas comme une famille, c’est réellement une famille”, résume Mohamed Fekir, l’un des piliers du club. les enfants ont usé ensemble la pelouse du stade. Certains y ont même tapé leurs premiers ballons. “J’avais cinq ans et j’y ai mes meilleurs souvenirs. Je m’y suis fait mes premiers potes que je revois régulièrement”, confiait Rachid Ghezzal à notre journal en 2010. aujourd’hui encore, dès que leur agenda le permet, les champions reviennent là où tout a commencé, pour encourager leur équipe et surtout, leurs petits frères. avec quatre garçons chez les Fekir et six chez les Zouma, il est rare qu’un match se joue sans l’un d’eux. Quand Nabil ou Kurt sont là, c’est un peu la cohue. Pour les jeunes Vaudais, ils représentent des modèles de réussite. alors que le comportement de certains footballeurs pro est montré du doigt, eux s’évertuent à garder la tête froide. Elevés “à la dure”, on leur a appris “à travailler à fond”, “à ne pas brûler les étapes” et à sans cesse progresser. “Ce sont des jeunes qui savent où ils vont, mais surtout d’où ils viennent. Ils restent humbles”, note Guy Zouma.

 

Une génération en or

Le parcours de ces joueurs prodiges impressionne leurs anciens coéquipiers “Ils n’ont jamais lâché l’affaire et cela a payé”, commente Naël Fedlaoui. Pendant de nombreuses années, il a joué aux côtés de Nabil Fekir avec qui il est resté très ami. Il a aussi tapé la balle avec Kurt Zouma, déjà surclassé à l’époque. Forcément, dans les vestiaires de Jomard, ceux qui n’ont pas eu un destin aussi glorieux se font un peu chambrer par les plus âgés. “Pendant qu’ils affolent les championnats, nous, on se fait sortir de la coupe de France !”, souligne-t-on, taquin. Certains semblent cependant promis à d’autres d’horizons, comme Naïme Dellala, 19 ans. après avoir passé neuf ans à l’Ol, le gamin de la Thibaude est revenu dans le club de son enfance “pour mieux rebondir professionnelle- ment et évoluer le plus haut possible”. “Le FC Vaulx a vu éclore 16 ou 17 joueurs professionnels au cours de son histoire, ce qui le place parmi les plus gros viviers français”, constate Mohamed Fekir. le président Ali Rechad précise : “C’est normal, nous sommes l’un des clubs de la région qui a le plus gros effectif. Toutes catégories confondues, nous sommes près de 800 licenciés”. Sur le bord du terrain, les supporters des rouges et noirs sont confiants quant à l’avenir du club vaudais. Ils en sont sûrs, “la relève est assurée”. Une nouvelle génération digne de Rachid, Nabil ou Kurt montre le bout de son nez.

Maxence Knepper

Pratique : Football Club Vaulx-en-Velin, stade Francisque-Jomard. Tél : 09 54 05 31 32.

 

 

3586 vues

Commentaires

  • houhou tahar, le 18/12/2014
    waoouh. Bravo. De quoi être fier .

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Sports > Zouma, Fekir, Ghezzal : le FC Vaulx, un vivier à champions