Archives / Journal N°51 - lundi 30 avril 2012

Expulsions locatives : les maires défendent leurs arrêtés

Les arguments restent légitimes et sont toujours les mêmes mais le juge administratif les entendra-t-il ? A la suite des arrêtés anti expulsions locatives qu’ils ont pris à la fin de la trêve hivernale, le 15 mars, les maires de Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Pierre-Bénite étaient déférés par le préfet devant le tribunal administratif le 27 avril. Lequel risque, une fois encore, de leur opposer le strict cadre de la légalité. Le tribunal a mis son jugement en délibéré et devait rendre sa décision lundi 30 avril.

Comme ses homologues, face au juge, Bernard Genin a maintenu sa position affirmant que “les expulsions sont une atteinte fondamentale à la dignité humaine, une honte pour notre pays. Elles aggravent la situation des familles qui rencontrent déjà les pires difficultés financières et sociales. Homme, femme, enfants, toute la famille expulsée de son logement se retrouve à la rue sans aucune solution de relogement. C’est un procédé inhumain et injuste, c’est une violence d’un autre temps totalement inefficace”.

Daniel Deléaz, adjoint au Logement du maire de Pierre-Bénite, faisait remarquer que “le nombre croissant d’expulsions locatives est le signe que, dans notre société, le droit à la propriété est supérieur au droit au logement”. Et Bernard Genin d’ajouter : “L’Etat est hors la loi en ne respectant pas la loi sur le droit au logement opposable” (loi Dalo). Pour Michèle Picard, maire de Vénissieux, où déjà dix familles ont été expulsées depuis le 15 mars, “derrière les chiffres, il y a la détresse humaine de personnes qui ne vivent plus mais qui survivent. Quand le seuil d’intolérance est atteint, il faut savoir dire stop”.

Avec de tels arrêtés les maires voudraient faire prendre conscience qu’il y a d’autres solutions que la répression. “Plutôt que d’expulser et de mener une véritable guerre contre les pauvres, le gouvernement doit changer de politique, défendait Bernard Genin. Nous n’accepterons jamais de nous résigner au laisser-faire. A Vaulx nous poursuivrons ces actes de résistance justes et légitimes”.

E.G

3464 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Parutions > Archives > Journal N°51 > Expulsions locatives : les maires défendent leurs arrêtés