Portraits / JOURNAL N°71 - mardi 16 avril 2013

Pierre-Etienne Rouveure, le chef de la brigade des stucs

PIERRE-ETIENNE ROUVEURE a appris le métier de staffeur de son père, Julien, maître artisan. Lequel a fondé l’entreprise éponyme en 1948, avant de s’associer à Raymond Marquez et de donner naissance à la société Rouveure-Marquez, installée à Vaulx-en-Velin au milieu des années soixante-dix. S’il dirige aujourd’hui cette entreprise de 18 salariés, Pierre-Etienne Rouveure n’a rien oublié de ses débuts et expérimente toujours la matière.

Et dans son domaine – la décoration en staff et stuc – la matière c’est le plâtre de Paris. Rouveure-Marquez en consomme quatre tonnes par semaine. Car son entreprise réalise au quatre coins du monde des décors en relief tels que plafonds, rosaces, corniches, colonnes et autres coupoles. Les dix-huit salariés de son entreprise, – dont le chef d’atelier, Laurent Gomis, 27 ans de métier – sont capables de réaliser les demandes les plus impressionnantes : pierre bien sûr mais aussi troncs d’arbres (une de ses dernières réalisations pour le club Med), moucharabieh ainsi que les plus beaux décors anciens. Pierre-Etienne Rouveure de citer un palais à Abou Dhabi où il a fabriqué une coupole identique à celle de La Fenice de Venise. “On fait du sur-mesure, explique-t-il. Toutes les demandes sont possibles, on adapte notre savoir-faire”. Ce qui a valu à l’entreprise vaudaise d’obtenir le label d’excellence Entreprise du patrimoine vivant. Un label d’Etat attribué à des savoir-faire rares reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles, l’actualisation de ces techniques, le développement à l’étranger et la transmission par la formation. “Cette reconnaissance est très important, poursuit Pierre-Etienne Rouveure. Il faut cinq ans pour maîtriser ce métier. C’est pourquoi la moitié de nos salariés est formée en interne”. L’un d’eux aujourd’hui en bac pro, a été meilleurs apprentis de France en CAP. Une fierté pour le chef d’entreprise qui met en avant la qualité artisanale du travail fourni. “Nous recherchons toujours le meilleur, en testant de nouveaux procédés pour améliorer nos réalisations”. Et cela paie. Rouveure-Marquez s’exporte bien et réalise à l’étranger environ 10 % de son chiffre d’affaires (2,6 millions de CA). Ce qui vaut à son directeur “de parcourir près de 70 000 kilomètres chaque année”. Et là, pas d’hésitation : “Il faut bouger pour continuer, aller de l’avant, remettre du dynamisme”. Dernièrement, c’est à New-York qu’il s’est rendu pour vendre aussi bien ses créations contemporaines que ses moulures plus classiques : “C’est là que sont les plus grands décorateurs, ce sont eux qui font le marché aujourd’hui”. Mais s’il a “chiffré des opérations”, il n’escompte pas de résultat avant un an. Flegmatique, cet ancien athlète de haut niveau, champion du monde de descente en canoé par équipe, et toujours sportif, connaît la valeur de la patience et du travail qui permettent d’atteindre le but visé.

Edith Gatuing

Sa société, Rouveure-Marquez, a décoré de grands restaurants, des palaces, des centres commerciaux. Spécialiste des stucs, staffs, sculptures et autres moulages, Pierre-Etienne Marquez vise aujourd’hui le marché des décorateurs newyorkais.

4058 vues

Commentaires

  • colombet nicolas , le 28/03/2014
    Bravo ,Pierre Etienne L image que je garde de vous c était chez vous en train de peindre…sage et serein …J espère que vous continuer a persévérer dans les tableau votre amie était très ressemblante!!..Bonne continuation dans le stuc et vie privé..

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°71 > Pierre-Etienne Rouveure, le chef de la brigade des stucs