Portraits / JOURNAL N°86 - mardi 21 janvier 2014

Hélène Courtois, vers l’infini et au-delà

HELENE COURTOIS a la tête braquée en direction des étoiles et les pieds solidement ancrés sur la terre. La tournure est un peu facile, mais elle décrit bien la quadragénaire. et pour cause, Hélène Courtois est une astrophysicienne dont le travail est reconnu mondialement. C'est aussi la marraine de la nouvelle exposition permanente du planétarium de Vaulx-en-Velin qui ouvrira le 25 janvier. "Depuis 20 ans que je fréquente le lieu en tant qu’experte scientifique, je l'ai vu se transformer", assure-t-elle.

Avec le spationaute Michel Tognini – parrain du lieu –, la cosmographe enseignante à l'université Lyon 1 a tenu à ajouter sa touche pour rendre le tout ludique, humain, interactif et loin des stéréotypes. Le Cosmotron en est l’exemple : une machine qui permet à chacun de créer son propre univers, sa planète imaginaire, sa galaxie. "J’aime les chemins qui ne sont pas académiques, les sciences émergentes. La science, c’est une curiosité du quotidien. Je souhaite prouver que lorsque qu’un chercheur parle au grand public et que ce public tente de s’intéresser, il est possible de comprendre les savoirs les plus ardus. Au planétarium, j’ai toute la liberté de transmettre tout ce que je sais”, soutient la spécialiste.

Chasseuse de galaxie

Et elle en connaît des choses, “du big bang au grain de sable”, pour reprendre le titre de l’exposition. Son  domaine, ce sont les galaxies. a l’aide de satellites en orbite et de télescopesbasés à Hawaï, en Australie, aux Etats-Unis ou encore au Chili, l’astrophysicienne cartographie l’univers et retranscrit les courants de galaxies. Comme pour un GPS, mais en version XXL. un travail de titan qu’elle a com- mencé il y a près de deux décennies et pour lequel elle est en compétition avec des chercheurs du monde entier, même si elle collabore volontiers avec eux. Pour fêter le premier pour cent d’univers renseigné, la française a publié un petit film de vulgarisation sur la plateforme Youtube cet été. toujours afin garder un lien fort avec le public et ne pas s’enfermer dans des tours d’observation, Hélène Courtois lance un projet de science citoyenne pour que tous ceux qui le souhaitent puissent l’aider à établir une classification des galaxies. “Les participants gagneront un savoir et moi, du temps et de la précision”, résume-t-elle. qu’importe les télescopes de 500 mètres de diamètre, pour la mère de famille, la technique ne remplacera jamais l’humain. “La science, ce n’est pas des équations, c’est la vie.”

Pratique : Histoire d’univers : du big bang au grain de sable, exposition ouverte à partir du 25 janvier. Planétarium de Vaulx-en-Velin, place de la nation. tél : 04 78 79 50 13.

Maxence Knepper
Photo © Marion Parent

 

 

La nouvelle marraine de l’exposition permanente du planétarium envisage la science comme une aventure familiale et humaine. Cette mère de trois enfants entend amener ce lieu sur la voie de l’humanisation et des savoirs émergents. 

4143 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°86 > Hélène Courtois, vers l’infini et au-delà