Société / Inquiétude et mécontentement autour de la réforme des rythmes scolaires - mardi 19 février 2013

La Ville vers un report en 2014

C’EST un débat sans vote sur la réforme des rythmes scolaires qui a ouvert le conseil municipal du 13 février. “Le gouvernement a pris, fin janvier, un décret qui modifie les rythmes scolaires des enfants de primaire et anticipe la loi de refondation de l’école qui sera débattue au Parlement en mars”, a expliqué Marie-France Vieux-Marcaud (Front de gauche) en préambule. Pour l’adjointe à l’Education, “ce décret bouleverse beaucoup de choses et le fait dans la précipitation”. Et de citer les inquiétudes posées aux enseignants, aux parents déboussolés, aux services municipaux et aux associations partenaires du projet éducatif (centre sociaux, Usep, clubs de sports, structures culturelles) pour s’adapter à cette réforme. D’autant que pour la Ville, la note va être salée : “Près d’un million d’euros, soit 150 euros par enfant, alors que les aides prévues sont de sont de 294 000 euros si nous appliquons la réforme à la rentrée 2014, du double (autour de 600 000 euros) si nous l’appliquons en 2013 et aucune aide n’est prévue pour 2015”. Et d’interroger les élus : “Cette réforme répond- elle vraiment aux besoins de l’enfant ? On diminue les heures de cours mais la journée n’en est pas pour autant allégée ?”.

L’ensemble des groupes politiques au conseil municipal, de gauche comme de droite, s’est accordé à dire qu’il faut effectivement réformer les rythmes scolaires. Mais tous ne sont pas d’ac- cord sur la méthode. Défendant le projet du gouvernement, Hélène Geoffroy (Parti socialiste) a soutenu : “Si nous commençons à énumérer tout ce qui est compliqué, nous perdons de vue l’intérêt de l’enfant”. Elle a demandé au maire comment il compte organiser la concertation à Vaulx et l’a assuré que son groupe ferait des propositions afin d’établir des priorités dans les choix financiers qui vont s’imposer. Par la voix de Philippe Moine, les élus du groupe Réussir ensemble Vaulx-en-Velin (Revv) ont regretté une “concertation mal partie, qui manque d’ambition et entraîne une confusion générale”, posant aussi la question des moyens. Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) s’est adressée à l’élue PS : “L’enfer est pavé de bonnes intentions. Vous nous en avez fait étalage. Mais où enlèverons-nous ce million d’euros ? Le gouvernement a changé de style. On n’a plus Sarkozy et son arrogance mais on a plus d’hypocrisie”. Concluant le débat, le maire Bernard Genin a annoncé la mise en place d’un groupe de travail réunis- sant élus, enseignants, parents d’élèves, syndicats municipaux et les acteurs du périscolaire. La Ville devrait proposer, lors du conseil municipal de mars, le report de cette réforme à la rentrée scolaire 2014-2015.

E.G

S’il y a unanimité politique pour défendre une réforme des rythmes scolaires des enfants, les élus du conseil municipal se sont opposés à la méthode employée par le gouvernement.

5570 vues

Commentaires