Société / Résistant, militant, déporté, Marcel Roche s’en est allé - mercredi 21 novembre 2012

Hommages

Une minute de silence au Conseil Municipal

a La demande du maire, Bernard Genin, les élus ont observé une minute de silence en hommage à Marcel roche, lors du conseil municipal du 14 novembre. Un conseil où le maire a redit “le combat permanent mené par Marcel Roche pour la paix et la vérité, sa volonté de témoigner sans esprit de revanche”. Bernard Genin a annoncé que la Ville préparait une cérémonie en l’honneur de Marcel roche avec les associations d’anciens combattants de Vaulx-en-Velin.

Bernard Genin, maire de Vaulx-en-Velin

“Un combattant de la résistance, un déporté résistant, un camarade, un ami vient de nous quitter. avec ce départ, c'est une page importante de l'histoire de notre pays, de notre ville qui se tourne. Toutes et tous, Vaudaises et Vaudais, connaissent le combattant, le résistant, le déporté ainsi que son combat pour la liberté, ses idéaux qui ont toujours guidé ses pas tout au long de sa vie.

En adhérant en 1937 aux jeunesses communistes, Marcel a dès lors décidé de son parcours d'homme, de militant. Ses engagements ne seront alors que la suite logique de ce choix. Jusqu'à son dernier souffle Marcel est resté fidèle à son parti.

Dès son retour de Dachau, Marcel avec ses camarades n'ont eu de cesse, non seulement de transmettre, de témoigner oralement ce que fut leur triste et dure expérience à tous les écoliers, collégiens, lycéens, mais également d'écrire des poèmes sous le pseudonyme de Rameclocher, car pour lui le devoir de mémoire était essentiel !

En pensant à Marcel, je ne peux oublier celle pour qui il écrivit : "Si aujourd'hui je suis ici", sa femme renée, décédée il y a quelques années, combattante volontaire de la résistance et leur fille Arlette, à qui j'adresse mes très sincères condoléances et mon soutien dans des instants si douloureux.

Je voudrais conclure par ces quelques mots de Marcel : "Comment veux-tu avec un parcours comme ça, on ne peut pas faire autrement que de poursuivre le combat, être digne de ceux qui ont laissé leur vie ; c'est être responsable. Je veux rester droit et le but, c'est de construire une société meilleure".

A l'ami, au camarade.”

4257 vues

Commentaires