Actualités / Cultures - mardi 15 décembre 2015

Les Amphis : fenêtre sur courts

“On a débuté avec la Guerre du feu et le Grand Pardon”, se souvient Azzedine Soltani, toujours présent 33 ans plus tard dans la salle obscure. Le 18 décembre 1982, ouvrait le cinéma Les Amphis, rue Pierre-Cot, à quelques encablures de la digue. Depuis, c’est avec la même envie et le même désir d’“ouvrir les esprits et de regarder le monde différemment” qu’on y passe deux à trois films chaque semaine. Des œuvres grand public et d’autres estampillés “Art et essai”, comme La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche ou Much Loved de Nabil Ayouch. “On ne s’interdit aucun film”, assure le responsable qui note aussi la présence dans sa sélection, de “pas mal de films d’animation, car les adultes passent plus facilement le seuil de la porte quand ils sont accompagnés de leurs enfants”. Mais le sel des Amphis, ce sont les courts métrages, célébrés une fois par an avec le festival Un poing c’est court. L’occasion de voir quelques pépites venues de tout le monde francophone. “Il y a des longs métrages qui en disent court et des courts qui en disent long”, assurent les membres de l’association qui soutient le festival.

Un poing c’est court, une véritable fenêtre de visibilité pour un cinéma qui en manque parfois. Adossé au parc Elsa-Triolet, dans une rue peu passante coincée entre la Grappinière et le Village, le ciné les Amphis souffre en effet de son emplacement. Boosté par les séances scolaires (plus de 60% des spectateurs) et service des Retraités (dont les séances affichent presque toujours complet), la caisse enregistre en moyenne 16 entrées par projection. Comme de partout en France, l’année 2015 a vu la fréquentation baisser de 3,5%. “Si tu n’as pas de film porteur comme Intouchables ou Bienvenue chez les Ch’tis, les gens ne vont pas au cinéma”, déplore Azzedine Soltani. Le cinéma reste tout de même l’art le plus populaire. “C’est le dernier endroit où les gens se mêlent, considère-t-il. Et c’est très important dans un quartier populaire d’avoir cette possibilité donnée aux habitants de rencontrer d’autres personnes, des auteurs, des réalisateurs. De créer du débat lors des soirées que nous proposons. Pour beaucoup aujourd’hui, la télévision et le cinéma, c’est la même chose. Et pourtant, quand on regarde la télé, on baisse la tête alors que lorsqu’on est devant un grand écran, on la lève”.

Maxence Knepper

Pratique : Cinéma municipal Les Amphis, 12 Rue Pierre Cot. Tél :04 78 79 17 29.

A voir aux Amphis pendant les Fêtes :

- L’Hiver féérique (mercredi 16 décembre à 14h30, samedi 19 décembre à 15h, dimanche 20 décembre à 16h et lundi 21 décembre à 14h30).
- A Vif ! (vendredi 18 décembre à 20h, samedi 19 décembre à 16h et dimanche 20 décem bre à 14h).

- Le fils de Saul (vendredi 18 décembre à 18h, samedi 19 décembre à 18h et dimanche 20 décembre à 20 heures).

2012 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cultures > Les Amphis : fenêtre sur courts