Actualités / Société - mardi 15 décembre 2015

Économie sociale et solidaire : unis dans la diversité

“L’économie sociale et solidaire est un secteur que nous souhaitons développer encore davantage, car il porte des valeurs philosophiques tout en favorisant l’emploi et la mixité sociale”, a rappelé Régis Duvert, conseiller municipal délégué à l’Economie sociale et solidaire et au Développement des entre- prises, en préambule de la réunion publique organisée le 2 décembre au Planétarium avec le soutien de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress). Sur le principe de “se grouper pour améliorer son quotidien”, deux structures associatives ont présenté leurs actions à la trentaine d’habitants et d’acteurs locaux présents.

 

Consommer autrement

Depuis quelques mois, Vrac (Vers un réseau d’achat en commun) intervient aux Noirettes et au centre social du Grand Vire. Il permet aux habitants de quartiers populaires de la Métropole d’accéder à des produits de qualité à moindre coût et de ne commander que ce dont ils ont besoin. L’idée est simple : consommer différemment pour réduire certaines inégalités “dans des zones qui ressemblent souvent à des déserts commerciaux”, explique Boris Tavernier, chargé de projet. Huile d’olive à 5, 50 euros le litre, sel de Guérande à 1,20 euros le kilo, morbier, lessive à prix cassé ou encore savon au lait de jument, la liste des produits proposés n’est pas des plus exhaustives, mais elle a le mérite de mêler produits de première nécessité et petits plaisirs gourmands. “Nous ne faisons pas de marges, assure Boris Tavernier. Nous agissons avec les habitants, pour les habitants, car tout est possible quand on est plus nombreux. Pourquoi ne pas s’attaquer bientôt aux forfaits téléphoniques ou aux contrats d’assurance...”

Le temps, c ’est de l’argent

Autre initiative, l’Accorderie, pour le moment absente du territoire, mais qui risque fort de conquérir les Vaudais tant elle a suscité l’intérêt du public. Né en 2002 chez nos cousins québécois, les accorderies séduisent de plus en plus dans l’Hexagone. Il en existe déjà 21 de ce côté de l’Atlantique, dont 9 dans la région. Ouverte en 2013 dans le 8e arrondisse- ment, l’antenne lyonnaise réunit déjà plus de 130 habitants. Le principe est simple : on s'inscrit, on offre un service et on en de- mande un autre avec comme seule monnaie d’échange, le temps passé à accomplir ces tâches, que ce soit du gardiennage de plantes vertes, la pose d’étagères ou la réparation d’un ordinateur. Avec ce système original, pas d'argent en circulation, mais une alternative au système économique pour valoriser les compétences de chacun et créer du lien social. “En devenant accordeur, on acquiert une autre vision du monde et de son quartier, considère Luc, habitant du 8e. On apprend à connaître ses voisins, leurs problèmes et leurs espoirs. On apprend à écouter”.

Maxence Knepper

 

Pratique : http://vrac-asso.org/

www.accorderie.fr

2248 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Économie sociale et solidaire : unis dans la diversité