Actualités / Démocratie locale - jeudi 19 novembre 2015

Les Vaudais rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre

FACE A L’HORREUR qu’a connu la région parisienne vendredi 13 novembre, la députée- maire Hélène Geoffroy a réuni de manière extraordinaire les élus du conseil municipal samedi 14 novembre. “Afin d’échanger sur la situation, sur la teneur des décisions prises et à prendre” et montrer que le terrorisme ne bouleversera pas la démocratie. Même si “la vie continue”, l’ensemble des manifestations culturelles et sportives du week-end ont été annulées. “Dans le temps de deuil national que nous vivons, maintenir des manifestations festives paraîtrait incongru”, a souligné Hélène Geoffroy.

si la menace semble plus élevée en Île-de-France, elle demeure existante sur l’ensemble du territoire. “On ne doit pas céder à la panique, mais avoir tout de même conscience que la situation est très grave, a-t-elle poursuivi. Ce qui était terrible en janvier, lors des attentats contre Charlie hebdo et l’Hyper casher a pris la forme d’une guerre. Protéger les lieux de cultes, les écoles confessionnelles et la presse ne suffit plus. La protection doit s’étendre à tout le monde, à tous les lieux”. L’équipe municipale a listé, avec la Direction générale des services, les éventuels points de fragilité et de questionnement pour prendre des mesures. Les effectifs des forces de l’ordre ont été renforcés, notamment dans les lieux publics et les transports. Quant à l’idée d’un couvre-feu pour les mineurs, évoquée lors d’une rencontre réunissant les maires de la Métropole, les parlementaires et le président de région en préfecture, il a été proposé au préfet, de préparer les conditions de sa mise en œuvre, mais de ne l’appliquer qu’en cas de troubles importants. “Il ne faut pas donner raison aux terroristes qui tentent de nous faire changer nos modes de vie. Ils auraient alors gagné la guerre”, ont rappelé les élus vaudais.

Maxence Knepper

 

“Le terrorisme ne détruira pas la République”

RASSEMBLEUR et déterminé. Devant les 925 Parlementaires réunis lundi 16 novembre en congrès à Versailles, le président de la république, François hollande a fait de nombreuses annonces dans un discours qu’il a entamé par ses mots : “La France est en guerre”.
- Prolongement de 3 mois de l’Etat d’urgence voté ce jeudi au Parlement.

- Mise en place de contrôles coordonnés et systématiques aux frontières de l’Union européenne. - création d’une garde nationale formée de réservistes militaires.
- révision de la constitution afin de donner plus de poids à l’état d’urgence.
- création de 5000 postes dans la Police et la Gendarmerie, ce qui portera, à la fin de son mandat, le nombre de fonctionnaires chargés de la sécurité au même niveau qu’en 2007. Création également de 2500 postes au ministère de la Justice et de 1000 postes dans les Douanes.

- Mise en route d’un chantier législatif afin que les Parlementaires travaillent sur la légitime défense des policiers et sur leur armement.
- Déchéance de nationalité aux binationaux condamnés pour atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou acte terrorisme, “même s’ils sont nés Français”.

- La Cop21 et les élections régionales des 6 et 13 décembre, sont maintenues.
Enfin, le président de la république souhaite la création d’une grande coalition internationale pour détruire Daesh. Il rencontrera prochainement les présidents américain et russe.
Hélène Geoffroy assistait bien évidement à ce congrès : “ J’ai vécu un moment empreint à la fois d’une extrême gravité et d’une forte émotion. J’ai aussi mesuré le poids de nos responsabilités.” La députée-maire a voté jeudi 19 novembre, le projet de loi prolongeant l’état d’urgence. J.B

L’état d’urgence, qu’est-ce que c’est ?

LE PRESIDENT de la République a décrété l’État d’urgence, samedi 14 novembre. Appliqué seulement cinq fois depuis 60 ans, l’état d’urgence est un régime d’exception qui doit être déclaré par décret pris en conseil des ministres. Il résulte d’une loi votée en 1955, puisqu’il s’agissait à l’époque de faire face aux événements d’Algérie. L’Etat d’urgence peut être déclaré sur tout ou une partie du territoire, soit en cas de “péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public”, soit en cas d'“événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique”. La déclaration de l’état d’urgence donne au préfet le pouvoir d’établir un couvre-feu, de prononcer des interdictions de séjour et des assignations à résidence contre les individus. Il autorise aussi la fermeture des lieux publics, comme les salles de spectacle, les cafés ou les salles de réunion. Il permet aussi aux autorités administratives de pratiquer des perquisitions, de jour comme de nuit, et la justice militaire peut être déclarée compétente. M.K

2135 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > Les Vaudais rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre