Actualités / Démocratie locale - mercredi 02 décembre 2015

Un brin de paille à l’édifice des coopératives d’habitants

LE DEVOILEMENT de la première botte de paille(1) du futur immeuble de Chamarel ne s’est pas déroulé sur le terrain des Barges – pour raison météorologique – mais à deux pas, au sein de l’espace Cachin, le jeudi 26 novembre. Beaucoup de monde était au rendez-vous : des élus, parmi lesquels l’adjointe vaudaise déléguée aux Seniors et la 3e vice présidente du Conseil régional déléguée au Logement, le porte parole de la fédération française des coopératives d’habitants, les architectes du cabinet Arkétype, des élèves de l’école d’architecture, les amis de Chamarel, des représentants d’autres coopératives de logements (Village vertical de Villeurbanne, fédération uruguayenne...), quelques futurs voisins... Toute cette assemblée avait plaisir à partager ce moment, marquant le coup d’envoi du projet. Quant aux coopérateurs de Chamarel, c’est non sans fierté qu’ils abordent cette dernière étape, après six ans de persévérance. Sur le terrain, les travaux devraient démarrer avant le 12 décembre. Ainsi, selon un procédé extrêmement écologique et durable sera édifiée la première coopérative d’habitants pour personnes vieillissantes.

des enfants et une maison de paille

Parmi ses suiveurs, Chamarel compte des élèves de l’école primaire Anatole-France. Ils étaient présents à cette pose inaugurale, accompagnés de Sophie Delory, enseignante et de quelques parents. Ces 22 enfants, âgés de 8 à 10 ans, ont exposé le travail conduit depuis septembre sur le thème des habitats dans le monde. En particulier, les recherches et expérimentations réalisées autour du projet Chamarel que les coopérateurs Jean et Marcelle leur ont fait découvrir. Quelques ateliers ont été menés avec Audrey, de l’association Oïkos(2) et des élèves de l’école d’architecture. Avec eux, les enfants ont notamment fait le tour des métiers de la construction, discuté du métier d’architecte, listé les différents matériaux utilisables et réalisé leur propre maquette avec ossature bois, paille, isolant, bardage et enduit terre. “La fabrication, c’est ce qu’on a préféré !”, ont- ils dit. néanmoins, déclarait une élève : “Nous avons beaucoup été intéressés par le projet et par l’isolation en paille et les autres matériaux, c’est écologique, c’est bien”.

Fabienne Machurat

(1) prototype réalisé par l’entreprise Bati nature.
(2) Créée en 1991, l’association Oïkos promeut et développe la construction et la rénovation écologique.

2367 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > Un brin de paille à l’édifice des coopératives d’habitants