Portraits / JOURNAL N°114 - mardi 05 mai 2015

Isabelle Moulin, la part artistique du Jacartronic

Du métier Jacquard, au Jacartronic, elle guide le fil de l’histoire des innovations. “J’interviens d’une façon globale et plus particulièrement sur la programmation culturelle et artistique du projet Jacartronic”, explique cette passionnée de patrimoine industriel et de création textile. Petite fille de soyeux lyonnais, elle a travaillé dans la haute couture – notamment comme styliste modéliste chez Lolita Lempicka et comme assistante – avant de cheminer dans le monde du spectacle, de la muséographie et de mettre en scène des objets, des décors... “J’ai développé pas mal de projets”, dit-elle. Au gré du chemin, elle a co-animé la compagnie Tatline, à Lyon, puis elle a intégré les ensembles Noao et izem, porteurs de projets buissonniers, urbains, exploratoires. Cette voie l’a conduite jusqu’à Vaulx et la friche de l’usine tase. “J’ai suivi la mobilisation autour de ce lieu. Quand l’aile Est de l’usine a été classée j’ai commencé un travail avec Jocelyne Béard de l’association Vive la Tase, sur la valorisation du site”, dans l’idée d’en faire “un outil actif de la création contemporaine”. Isabelle moulin a participé à la mise en place du printemps de la Tase et d’actions dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, “des programmations via l’art et la culture incitant différents publics à reprendre le chemin de l’usine”. elle y a présenté le projet Silk me back, en 2012, initié suite aux événements de Fukushima (Japon). “La démarche met en lien de multiples expressions contemporaines autour de la thématique de la soie”.

Elle a initié le projet de La Belle dormante, création artistique autour d’un ancien métier à tisser la dentelle qui veille à la tase. Cela a conduit à la réalisation de films sur la machine et ses sœurs, les Belles dormantes de Caudry qui sont aujourd’hui sorties de leur sommeil et fabriquent de nouveau la dentelle de Lyon. De fil en aiguille, la scénographe va travailler au réaménagement du musée de la dentelle de Caudry qui va devenir musée de France. Elle participe aussi à l’exposition terre des roses au Parc de la tête d’Or, dans le cadre du Festival des roses (en mai). Son dynamisme ne s’arrêtant pas là, isabelle moulin continue de dérouler le fil de Silk me back et écrit un livre, “Abécédaire libre d’un monde en soie”, valorisant les liens soyeux et textiles entre la France et le Japon.

Fabienne Machurat

Isabelle Moulin est scénographe d’expositions ou d’événements. Elle est chargée par Vive la Tase de développer le Jacartronic, projet de fab lab à la Tase.

2568 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°114 > Isabelle Moulin, la part artistique du Jacartronic