Portraits / JOURNAL N°118 - mardi 07 juillet 2015

Yves Janin, une carrière au service de l’éducation

A DEUX PAS de l’ancienne école Jean- Jaurès, celle qu’il a eu l’honneur d’ouvrir et le regret de fermer, Yves Janin, a reçu les insignes d’officier dans l’Ordre national du mérite. Ils lui ont été remis(1) des mains de Lucette Lacouture, commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur et proviseure de lycée. “Tu es un instituteur comme la République l’a rêvé, un vrai maître”. Ce furent les mots qu’elle prononça pour le récompenser. La carrière d’Yves Janin, militant associatif et pédagogique, fut en effet riche et longue.

 

Enseignant globe trotter

“Ma carrière a démarré en 1963 près de Tipaza en Algérie, évoque le pédagogue. Je suis le fils d’un paysan qui a échoué à l’Ecole normale. Devenir instituteur était une façon de marcher sur les pas de mon père et de laver son affront. Au départ je me voyais davantage dans une carrière bancaire”.

Après dix années passées en Algérie, Yves Janin revient à Villeurbanne où il est nommé directeur de l’école Berthelot. Un souvenir marquant où l’enseignant fait face à des situations difficiles. L’ancienne rue Olivier-de-Serres, connue pour son agitation, faisait partie du secteur. En 1975, il repart à Djibouti et revient en 1978, à Vaulx, pour ouvrir l’école Jean-Jaurès, jadis située sur l’esplanade Jacques-Duclos. “C’était une école à taille humaine, reprend-il. Il y avait une équipe jeune et le but était de captiver les élèves. On a commencé avec l’orthographe, les maths et l’éveil. L’école avait des allures de grande villa avec un patio et était composée de six classes. J’y suis resté jusqu’en 1998”. Son action dans la ville a été saluée par la députée-maire : “Notre commune a joué un rôle majeur dans sa carrière. Il a enseigné et a été au service des élèves et des familles pendant plus de 20 ans”. Autre fierté pour le directeur, celle d’ouvrir l’établissement au quartier. A l’école Jaurès, de nombreuses actions pédagogiques ont été menées.

 

Des projets innovants à gogo

Dès 1980 et grâce à Yves Janin, l’école se dote du club d’informatique Ademir et initie les élèves aux joies de la programmation. La renommée de l’association permet aussi d’acquérir un bus, le car Bim boum. Equipé d’ordinateurs, il sillonne la ville et permet à tous de s’initier. Autre projet majeur que l’enseignant a mis en place : La main à la pâte. c’est la rencontre du pédagogue avec le prix Nobel de physique Georges Charpak, qui a permis de monter des ateliers et de vulgariser les sciences. ces ateliers ont donné naissance à Ebullisciences, structure aujourd’hui située aux Verchères. enfin, depuis 25 ans, grâce à une péniche récupérée et aménagée, des enfants voguent sur le Rhône entre Lyon et Trévoux à la découverte de la faune et de la flore. “De toutes ces années, ma fierté reste d’avoir marqué des élèves. Certains ont fait des écoles prestigieuses comme Sciences Po Paris, se réjouit l’officier de l’Ordre du mérite. Je suis également satisfait d’avoir permis à des élèves de raccrocher naturellement avec les innovations pédagogiques qu’on a pu mener”.

Toutefois, la fermeture et la démolition de l’école Jean-Jaurès en 1998, son école, a été une blessure. ne reste qu’une plaque, inaugurée fin 2014 par la municipalité, laquelle évoque désormais tant de souvenirs. Yves Janin a achevé sa carrière à l’école Gagarine en 2000 et coule une retraite paisible, sur sa propre péniche, sur la Saône.

Rochdi Chaabnia

(1) La cérémonie a eu lieu mardi 16 juin, en présence d’Hélène Geoffroy, députée-maire, Gilbert Chabroux, ancien maire de Villeurbanne et Philippe Couturaud, inspecteur d’Académie.

Ancien directeur d’école et militant du monde éducatif, l’enseignant émérite a été épinglé pour ses multiples actions. Retour sur un parcours riche ayant marqué la ville.

2433 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°118 > Yves Janin, une carrière au service de l’éducation