Portraits / Journal n°119 - mardi 01 septembre 2015

Alexandre Ratajczak, partager sa passion

PASSIONNE par l’astrophysique, Alexandre Ratajczak, l’est assurément. Et ce, depuis l’enfance. “Depuis que je suis tout petit, je m’intéresse à l’espace et je voulais chercher des extraterrestres” confie-t-il. Un rêve d’enfance qui s’est concrétisé il y a un an, depuis qu’il travaille avec les enfants dans le cadre d’un atelier périscolaire autour de la planète Mars. puis il a monté, pendant l’été, avec l’équipe de médiateurs, une exposition permettant aux visiteurs du planétarium d’imaginer leurs vacances sur la planète rouge en compagnie de quelques Martiens.

Cette allusion au monde de l’enfance le fait sourire. “Oui, il y a peut-être un peu de cela”, concède-t-il bien que son parcours atteste du côté sérieux et rigoureux de sa personnalité. “On peut voir effectivement un contraste entre le monde de l’enfance et celui du chercheur. Même si j’ai toujours été prudent dans mes choix et orientations, j’ai aussi ce côté spontané nécessaire au chercheur”, soutient-il.
Après le lycée, Alexandre Ratajczak a opté par prudence pour des études d’ingénieur en physique-chimie à Grenoble. “C’est en Master 2 seulement que j’ai décidé de m’orienter plus spécifiquement vers l’astrophysique et fait un stage de 6 mois à l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble”.

L’école de l’humilité

Obtenant ensuite une bourse ministérielle, l’astrophysicien devient thésard et planche, pendant quelques années, sur “les échanges hydrogène deutérium”.

Le jeune homme se plaît à livrer les résultats de ses investigations : “Le deutérium est un atome très important créé au moment du Big Bang. C’est la somme de plusieurs processus qui a conduit à sa formation. Il est détruit en contact avec les étoiles ce qui veut dire que l’univers ne s’enrichit pas de deutérium. Or, on s’est rendu compte qu’il y a des molécules qui en sont enrichies alors qu’elles ne devraient pas l’être...”. Aujourd’hui, Alexandre Ratajczak met à profit ses compétences pédagogiques acquises en physique-chimie dans les différents ateliers, et ses connaissances scientifiques et numériques sur toute la partie expérimentation du planétarium. “C’est très agréable de faire partager sa passion aux autres”, se réjouit-il.

pointu dans ses recherches, Alexandre Ratajczak n’en reste pas moins modeste : “L’astrophysique est une école de l’humilité. On réalise qu’on est là parce qu’il y a eu de nombreux paramètres qui ont fonctionné. On est loin d’être au centre de l’univers, on est une toute petite pierre à l’édifice”.

J.P

Docteur en astrophysique, depuis un an, Alexandre Ratajczak assure la fonction de médiateur scientifique et chargé de production au Planétarium. 

2114 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > Journal n°119 > Alexandre Ratajczak, partager sa passion