Cadre de vie / Faites de la propreté : attention le nettoyage de la Rize est reporté - mercredi 22 mai 2013

Jardiniers de la régie Cadre de vie : laissez pousser !

CULTIVER, planter et entretenir : les jardiniers et les agents d’entretien de la régie Cadre de vie, régie administrative qui regroupe les différents services techniques intervenant auprès des habitants, sillonnent les espaces verts de la ville mais pas seulement. Ils s’occupent aussi de mettre en place des solutions de jardinage plus responsables. En clair, ne plus utiliser des produits phytosanitaires, aussi nocifs pour les insectes que pour les végétaux et risquant de contaminer les nappes phréatiques. A propos de fleurissement, pour cette saison l’accent a été mis sur le développement durable et le recyclage, d’où les vieilles chaises utilisées pour décorer le massif devant la mairie.

Les agents entretiennent un tiers des espaces verts, les plus visibles, répartis en trois secteurs : Est, Ouest et Sud. Les deux tiers restants sont confiés à des entreprises dans le cadre de délégations de service public ou appartiennent au privé. Chaque matin, Didier et Eric partent du dépôt situé chemin du Gabugy. Avec quatre agents, ils couvrent la zone ouest qui débute du parc de la Rize jusqu’au Petit-Pont, en passant par les écoles, les crèches ainsi que le parc Elsa-Triolet. Comme les autres jardiniers, ils favorisent la technique de la coupe tardive. On laisse pousser l’herbe dans les différents espaces. Une démarche qui permet d’économiser le carburant. Le résultat est bluffant : des petites fleurs poussent naturellement. Toutefois, le gazon n’est pas en friche. Il est tondu toutes les trois semaines. Petite nouveauté : la tonte est laissée sur l’herbe fraîchement coupée pour nourrir la terre. Depuis dix ans, les équipes ont aussi rangé les désherbants chimiques. Du coup, la verdure prend le pas sur certains espaces sablés.

Mais le travail des jardiniers est parfois mis à mal : ils déplorent un manque de civisme. Certains retours de week-ends sont difficiles. Un peu partout, massifs et pelouses sont dégradés par des traces de pneus ou des barbecues sauvages. Ce qui représente du temps perdu à remettre en état, au lieu de bichonner le “patrimoine vert”. Et tout cela a un coût pour la collectivité.

L’entretien de certains parcs est du ressort de nos jardiniers. C’est le cas du parc Triolet, où, dans ses allées, on laisse l’herbe pousser jusqu’à huit centimètres. Si on prête un œil attentif, des espèces sont de retour comme la primevère cou- cou, plante officinale avec de petites fleurs jaunes. Cette flore attire également une petite faune : on y recense seize espèces différentes d’oiseaux dont les rares pics épeiches ou les piverts. Très récemment un “palace à insectes” a été installé au parc avec les ateliers Gagarine. Une action pédagogique que les jardiniers espèrent étendre à d’autres groupes de bambins car leur métier, ce n’est pas que gratter la terre et arroser les plantes, c’est aussi transmettre l’amour de la nature.

R.C

Pratique : pour signaler une dégradation ou demander une intervention sur un espace vert, le service Vie quotidienne se charge de faire l’interface avec la régie Cadre de vie par téléphone au 04 72 04 80 54. Pour une question ou une explication sur les végétaux, ne pas hésiter à s’adresser aux agents présents dans toute la ville.

Trente-cinq jardiniers et quinze agents d’entretien bichonnent les espaces verts et les massifs fleuris. Un entretien quotidien qui respecte la nature et qui embellit le cadre de vie de tous les Vaudais.

5309 vues

Commentaires