Portraits / JOURNAL N°107 - mardi 20 janvier 2015

Mireille Bacot, un flot de peinture

ANCIENNE championne de France de natation 4 nages, Mireille Bacot conserve l’attrait de l’eau et le transcrit dans nombre de peintures, marines plus ou moins figuratives ou purs morceaux d’abstraction. La peinture, c’est là son nouvel univers fluide. Du temps des compétitions, elle garde l’esprit bagarreur, la persévérance qui permettent de faire face aux difficultés de la vie et du métier d’artiste. Ce quelque chose, aussi, qui la pousse toujours plus loin, la conduit de salons en concours et lui fait remporter des médailles, sans faire bouger d’un pouce son humilité.

“J’ai toujours aimé crayonner, dit-elle. L’envie de peindre est venue soudainement, il y a 19 ans”. Cette activité s’est ajoutée à celles de secrétaire médicale, modèle pour des couturiers, ou encore prof de roller. Sa rencontre avec un peintre russe a été le déclencheur : “Il a trouvé du potentiel en moi. De mon côté, j’ai pris conscience de quelque chose au bout des doigts que je n’avais pas eu l’idée d’utiliser jusqu’alors”. Au delà de la main, un regard, une sensibilité. Mireille se lance, expose et évolue : “Je me suis laissée aller à peindre spontanément, intuitivement, harmoniser et faire danser les couleurs. C’est dans l’abstraction que je me suis sentie moi-même”.

Dans son appartement, chemin des Plates, une petite pièce sert d’atelier. nombre de prix et récompenses y sont accrochés. une toile est posée sur le chevalet dans la lumière de la fenêtre. Elle concentre les gestes de l’artiste qui manipule l’huile et la térébenthine, travaille au chiffon, au doigt, au couteau... “J’utilise le pinceau juste pour signer”, ajoute-t-elle en riant. Mireille Bacot a plus de trois cents toiles à son actif et tellement de diplômes et prix que cela relève de l’exploit : Chevalier académique à Greci Marino, Italie (2005), médaille d’or mérite et dévouement français (2007), prix signatures, Paris, médaille d’or internationale de l’Académie européenne des arts (2009), médaille d’argent Arts Sciences Lettres, Paris, toile d’or de l’année (2010), chevalier Mondial art academia (2014)...

Mireille a le goût de la représentation, du relationnel et un coach d’exception, son mari Maurice Gelin, qui l’accompagne formidablement, voire la guide, dans cette aventure. Elle crée, il gère tout le reste et la suit d’un continent à l’autre, par monts et par vaux, passant par l’Allemagne, Osaka et Miami en 2014. Sans parler de toutes les expos en France, à Pérouges, Lyon, Châtel-Guyon, Beaujeu, Aix-en-Provence, Paris, Cannes et Vaulx-en-Velin de temps à autre. Ainsi, Mireille figurait parmi les créateurs locaux exposant au marché de noël.

FM

Dans l’art, comme dans la vie cette femme est une battante. Originaire des Landes, installée à Vaulx-en-Velin depuis trente ans elle expose ses œuvres jusqu’au Japon et aux USA.

2096 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°107 > Mireille Bacot, un flot de peinture