Portraits / JOURNAL N°95 - lundi 02 juin 2014

Antonio Pires, Casa do Minho et le folklore portugais

Antonio Pires est un retraité dynamique, à la tête de l’association Casa do Minho. Son histoire est semblable à celle de beaucoup d’immigrés portugais. Après son service militaire, effectué au Mozambique de 1963 à 1966, il émigre vers l’Hexagone en 1969. Poussé par la misère et en quête d’un avenir meilleur, il quitte sa ville natale de Ponte de Barca. C’est à Vaulx-en-Velin qu’il pose ses valises. La ville est alors en pleine mutation. Il tra- vaille comme câbleur, un métier qui le conduit à de nombreux déplacements. S’il se sent pleinement français, il garde néanmoins la nostalgie de son pays et de ses chansons. “Je suis un passionné de folklore portugais, explique-t-il. En 2007, j’ai monté un groupe folklorique avec des proches. Il y avait une association portugaise où j’ai rencontré pas mal de gens fatigués et déçus. Il fallait apporter un souffle nouveau. Alors on a créé Casa do Minho”. Le nom de l’association fait écho au Nord du Portugal : Casa do Minho (du nom d’une ancienne province) souhaite rassembler celles et ceux originaires de cette région.

Toujours en 2007, Antonio lance un festival folklorique où les chants et tenues traditionnelles sont de mise. Une dizaine de groupes portugais était présent à ce premier rendez- vous, ce qui a poussé l’association à poursuivre. La première édition a eu lieu au centre ville. L’édition 2014 aura lieu samedi 14 juin dès 14h, sur l’esplanade Duclos . “Une première pour nous, conclut l’organisateur, père de trois enfants et grand- père de quatre petits-enfants. On tient vraiment à faire connaître notre culture, nos chants et nos danses à tous”.

Rochdi Chaabnia

 

Il est l’organisateur d’un festival folklorique qui fédère les associations portugaises de la région. Si ses origines lui tiennent à cœur, Antonio Pires reste un Vaudais de longue date.

4078 vues

Commentaires

  • Fonseca Michelle, le 10/01/2015
    Bonjour,
    Je me permets par le biais d'internet de vous contacter car mon époux étant portugais, nous recherchons pas trop loin de chez nous une association portugaise pour en faire partis. Nous habitons à Villeurbanne donc nous allons dire à côté et je sais qu'il y en a une vers les 7 chemins.
    Dans l'attente d'une réponse favorable à ma demande.
    Recevez Monsieur ma considération.
    Bien à vous.
    Antoine Fonseca de Montalavar et son épouse Michelle.

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°95 > Antonio Pires, Casa do Minho et le folklore portugais