Portraits / JOURNAL N°72 - mardi 30 avril 2013

Monia Benkhira, dans l’optique des“bonnes ondes“

APRÈS s’être séparé d’un premier mari violent, Monia a divorcé du deuxième et élevé seule ses quatre enfants, quatre filles. Les deux aînées sont aujourd’hui de jeunes adultes responsables. Les deux dernières, des jumelles de quinze ans, sont au collège Pierre-Valdo. Ces adolescentes sont déjà très impliquées dans la vie du quartier, participent à diverses activités culturelles dans la ville. Monia, leur mère, a montré la voie. Arrivée en France via Bordeaux, sa famille d’origine tunisienne se pose à Vaulx en 1999. Peu à peu, elle découvre la ville et ses structures : “Je fréquentais un peu le centre social du Grand Vire avec mes filles. C’est comme ça que je me suis intéressée à la vie sociale du quartier”, explique-t-elle. Monia rencontre Liliane Badiou, qui lui ouvre les portes du Lien, association spécialisée sur les violences faites aux femmes. Pendant des années, elle s’était sentie coupable : une réac- tion courante chez les femmes victimes de violences. Elle en a fini avec ce passé. Aujourd’hui, Monia est en pleine capacité pour aider les autres... tout en portant le voile, contre l’avis de son entourage. Elle assume ses contradictions à elle, reconnaît- elle, ce qui ne l’empêche pas de travailler pour des associations d’ac- compagnement des personnes handicapées.

Par ailleurs, elle s’apprête à monter un comité de locataires dans son immeuble de la rue Pierre-Dupont, pour à son tour, “informer les gens, ne pas les laisser dans l’ignorance”. Monia participe à toutes sortes d’activités à l’espace Frachon, ce qui lui procure à la fois de l’énergie et du plaisir, qu’elle revendique : “Ne serait-ce que pour boire un café et discuter avec Jacqueline El Ouaraki. Avant, je n’aurais jamais osé !“

Françoise Kayser

Monia, 45 ans, auxiliaire de vie et bénévole associative, n’a ni le cœur ni l’esprit à se lamenter. Ce n’est pas dans la nature de cette femme, douce et énergique. Elle aurait pourtant de quoi, sa vie n’ayant pas été un long fleuve tranquille...

3624 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°72 > Monia Benkhira, dans l’optique des“bonnes ondes“